Les nombreux débats sur la légalisation, ainsi que l'utilisation croissante de la marijuana dans le domaine thérapeutique, ont placé le cannabis au centre de l'attention.

De nombreuses consommateurs de cannabis se demandent aujourd'hui si sa consommation représente un plaisir relativement inoffensif ou si, au contraire, elle peut avoir des effets indésirables sur la santé.

L'Institut national américain sur l'abus des drogues ainsi qu'une étude publiée par le NEJM en 2015 apportent des éléments de réflexion intéressants : selon le NIDA américain en effet, 1 personne sur 3 qui consomme habituellement de la marijuana présente généralement une forme de 'trouble de la consommation de marijuana'.

Cette forme de trouble semble avoir des conséquences potentiellement désagréables surtout pour les adolescents, puisque ceux qui commencent à consommer de la marijuana avant l'âge de la majorité courent un risque de 4 à 7 fois plus élevé que les adultes de développer ce trouble.

Et les experts sont particulièrement préoccupés par le fait que les adolescents ont tendance à sous-estimer la marijuana, dont ils font souvent un usage léger.

Le cannabis, surtout s'il est consommé de manière immodérée et incontrôlée, peut induire une dépendance, rendant particulièrement complexe la réduction de la consommation et plus difficile l'accomplissement de toute activité quotidienne.

Les symptômes de manque, qui peuvent durer environ deux semaines, tendent à se manifester par de l'irritabilité, des troubles du sommeil, de l'anxiété, une diminution de l'appétit et une gêne physique et, bien qu'ils ne représentent pas un danger, rendent difficile l'arrêt de sa consommation.

Il semblerait également que l'abus de marijuana puisse faciliter l'apparition de troubles psychiatriques, bien que les mécanismes liés à cet effet désagréable ne soient pas entièrement clairs à ce jour : consommée à une fréquence considérable et à des doses particulièrement élevées, elle pourrait en effet générer des attaques de panique et des psychoses aiguës.

Les études cliniques montrent comment la consommation de marijuana à l'adolescence peut également augmenter le risque de troubles psychotiques, en particulier chez les personnes génétiquement prédisposées, tandis que les personnes atteintes de schizophrénie peuvent voir leurs symptômes s'aggraver.

Fumer de la marijuana peut endommager les poumons de la même manière que à travers l’inhalation de la fumée des cigarettes ordinaires : bien qu'il n'y ait aucune preuve d'un risque accru de cancer du poumon chez les fumeurs habituels de cannabis, la fumée de cannabis peut certainement provoquer une irritation des voies respiratoires favorisant l'apparition de maladies respiratoires.

Il est encore plus déconseillé de consommer de la marijuana pendant la grossesse, ce qui peut potentiellement générer de futurs troubles du développement et de l'hyperactivité chez l'enfant: il reste toutefois à établir comment cela peut affecter négativement le développement du cerveau de l'enfant.

Il s'agit des effets secondaires les plus courants et potentiels du cannabis à long terme : si l'on parle du "court terme", il est généralement possible de constater des altérations de la mémoire, de la coordination motrice et du jugement, ainsi qu'une paranoïa, une psychose et une dépendance.

Cependant, lorsqu'on parle de marijuana, il est toujours conseillé de faire appel au bon sens : il est toujours préférable d'éviter les surdoses, en apprenant à considérer le cannabis comme un agréable passe-temps occasionnel et non comme une habitude "hors de contrôle". Ceci, bien entendu, quel que soit le mode de consommation.

Une utilisation consciente et intelligente du cannabis ne constitue donc pas un abus ou une menace pour la santé.

Principaux effets secondaires du cannabis

Les effets du cannabis sur les processus mentaux courants tels que l'euphorie, le high, la relaxation et la sédation sont attribués au cannabinoïde THC, qui est présent dans la marijuana en plus grande quantité. Les autres composés présents dans la plante sont le cannabinol ou CBN et le cannabidiol ou CBD.

Le cannabis est une substance chimique pharmacologiquement active qui a une action psychotrope marquée : cela signifie qu'il est capable de modifier l'état psychophysique de ceux qui le consomment, en agissant sur la perception, le comportement et l'humeur. À ce jour, le cannabis sativa est le stupéfiant le plus consommé en Europe et dans le monde, et on estime qu'environ 10 % des utilisateurs ont tendance à développer une sorte de dépendance au cannabis, caractérisée par une incapacité à s'arrêter d'en consommer malgré la conscience des effets négatifs que l'abus entraîne.

Les effets du cannabis sur les processus mentaux courants tels que l'euphorie, le high, la relaxation et la sédation sont attribués au cannabinoïde THC, qui est présent dans la marijuana en plus grande quantité. Les autres composés présents dans la plante sont le cannabinol ou CBN et le cannabidiol ou CBD.

Ce dernier, bien qu'il n'ait aucune action psychoactive ou psychotrope, agit en synergie avec le THC et est utilisé à des fins thérapeutiques pour endiguer un large éventail de maladies et de symptômes.

À ce jour, l'utilisation de la marijuana médicale de manière contrôlée est une thérapie efficace et satisfaisante : cependant, l'abus et l'utilisation excessive ou immodérée du cannabis peuvent entraîner certains effets psychologiques et neurologiques indésirables.

La durée des effets sur l'état psycho-physique apparaît particulièrement prononcée si la substance est prise pendant l'adolescence, lorsque le cerveau est encore en développement.

Les principaux effets secondaires du haschisch

Le haschisch est l'un des dérivés les plus puissants du cannabis sativa : il est produit en recueillant et en comprimant les trichomes présents sur les inflorescences du cannabis en petites boulettes.

Il est généralement fumé mélangé à du tabac.

Le principal ingrédient actif du haschisch est le THC, et ses effets peuvent varier en fonction du teneur en THC et, en général, de la concentration de cannabinoïdes, qui est généralement plus élevée que dans l'herbe. L'abus de haschisch à court terme peut entraîner des troubles de la mémoire et de l'apprentissage, influencer les fonctions cognitives, causer une perception déformée des images et des sons, une perte de coordination, une augmentation du rythme cardiaque, des crises de panique et de l'anxiété.

Les personnes qui fument de la marijuana ainsi que du haschisch ont souvent les mêmes problèmes respiratoires que les fumeurs de cigarettes : les symptômes les plus fréquents sont la toux et les mucosités, les bronchites chroniques et les rhumes fréquents. Les consommateurs de cannabis et haschisch ont également un risque accru d'infections pulmonaires telles que la pneumonie. les effets peuvent également affecter la pression artérielle.

Cependant, l'abus de haschisch peut également avoir des effets délétères sur l'apprentissage et le comportement social : il affecte négativement la mémoire, le jugement et la perception, et les capacités plus courantes d'apprentissage et d'attention peuvent être sérieusement altérées en cas de véritable dépendance.

Le haschisch, comme toute drogue, peut avoir un effet négatif sur la santé de la mère et de l'enfant, en particulier pendant la grossesse. Des études ont montré que les enfants nés de mères ayant consommé régulièrement de la marijuana ou du haschisch pendant leur grossesse étaient plus petits que ceux nés de mères qui n'en consommaient pas.

L'abus de haschisch peut avoir un effet négatif sur l'enfant et affecter également le lait maternel : la consommation de haschisch légal pendant le premier mois d'allaitement peut nuire considérablement au développement moteur de l'enfant.

L'abus de haschisch ou de marijuana peut entraîner une dépendance, qui se manifeste généralement par un besoin incontrôlable de la substance, malgré la conscience des dommages potentiels pour la santé.

Il ne faut pas non plus sous-estimer la 'tolérance au haschisch' : le sujet a besoin de doses toujours plus élevées de la substance pour obtenir les mêmes effets qu'avec de plus petites quantités.

Effets secondaires potentiels du cannabis médical

Les études relatives aux effets secondaires potentiels à long terme du cannabis médical sont encore rares et plutôt approximatives, mais la prudence est certainement requise pour les personnes souffrant de maladies cardiaques en particulier, car la marijuana peut entraîner une tachycardie.

Compte tenu de la rareté des données scientifiques sur les effets secondaires de la marijuana médicale, il est difficile de porter des jugements aussi précis que lorsqu'on parle du cannabis utilisé à des fins récréatives.

La différence entre le cannabis médical et le cannabis récréatif réside principalement dans la concentration de l'ingrédient actif, le THC ou tétracannabidiol, qui est responsable des effets thérapeutiques et des effets secondaires potentiellement désagréables.

Cela dit, en dehors de la limitation chez les patients souffrant de maladies cardiaques, les autres effets secondaires mis en évidence sont généralement caractérisés par d'éventuelles altérations de l'humeur, l'anxiété et la dépression, la sécheresse de la bouche, la rougeur des yeux ainsi que des troubles du sommeil.

En bref, aucune manifestation particulièrement importante ou potentiellement dangereuse.

Mais même en parlant de marijuana médicale, il est important de faire attention, d'utiliser la préparation galénique avec conscience et bon sens, en suivant toujours les instructions données par le médecin ou le spécialiste qui l'a prescrite.

Effets secondaires du cannabis pendant la grossesse

Indépendamment des dispositions légales, tant dans le domaine de la marijuana récréative que dans celui de la marijuana thérapeutique, il n'est pas recommandé d'en consommer pendant la grossesse, du moins jusqu'à ce que des preuves scientifiques soient disponibles, car à ce jour, aucun dosage, aussi faible soit-il, n'est considéré comme sûr pendant la grossesse.

La marijuana contient environ 400 substances chimiques différentes et il n'est pas rare que dans les préparations d'"origine douteuse" il y ait des traces plus ou moins importantes d'autres molécules nocives pour la santé : pour cette raison, faire des considérations définitives sur les risques de la consommation de cannabis pendant la grossesse semble pour le moment délétère.

L'ingrédient actif le plus discuté de la marijuana est le delta-9-tétrahydrocannabinol ou THC qui, selon ce qui a été découvert jusqu'à présent, est parfaitement capable de pénétrer le placenta pendant la grossesse et de s'introduire ensuite dans l'organisme de l'enfant.

Son impact sur le fœtus reste cependant peu clair, bien que les chercheurs aient établi un lien entre la consommation de marijuana pendant la grossesse et un risque sensiblement accru de complications telles qu'une naissance prématurée, un poids insuffisant à la naissance et une circonférence réduite du crâne, ou dans les cas graves, une fausse couche.

Dans une étude ancienne menée sur un échantillon de 1246 femmes ayant déclaré avoir pris du cannabis pendant leur grossesse, la fréquence des malformations congénitales n'a pas été jugée supérieure à la normale. Toutefois, la plupart des femmes ayant participé à l'étude ont déclaré ne fumer qu'occasionnellement.

Et, bien que ces données semblent rassurantes, l'absence de recherches plus précises sur la grossesse fait qu'il est conseillé de limiter ou, mieux encore, d'éviter la consommation de cannabis en raison du manque de certitude.

Effets secondaires du CBD : comment le prendre consciemment et éviter les surprises

Le CBD est un cannabinoïde au potentiel curatif innombrable. Grâce à ses fortes propriétés anti-inflammatoires, antioxydantes et antidouleur et à sa fonction de régulateur de l'humeur, il est largement utilisé dans le traitement d'un large éventail de pathologies.

Le CBD est un cannabinoïde au potentiel curatif innombrable. Grâce à ses fortes propriétés anti-inflammatoires, antioxydantes et antidouleur et à sa fonction de régulateur de l'humeur, il est largement utilisé dans le traitement d'un large éventail de pathologies.

C'est pourquoi, ces dernières années, il a obtenu le consensus le plus autorisé dans son application médicale et thérapeutique, se révélant particulièrement efficace et, dans certains cas, décisive, à égalité avec les thérapies conventionnelles.

Les compléments à base de cannabis, tels que l'huile de CBD et chanvre légal à forte concentration de cannabidiol, offrent de multiples avantages et s'avèrent utiles pour soulager les patients là où les médicaments conventionnels ont échoué lamentablement.

De nombreuses personnes ont tendance à s'inquiéter des éventuels effets secondaires : dans ce cas, il est toujours essentiel, bien que le CBD n'ait aucune action psychotrope, de toujours suivre les instructions d'utilisation figurant sur l'emballage.

Il convient toutefois de préciser que le CBD se distingue du THC par l'absence d'action psychoactive : cela signifie qu'il n'est pas en mesure de générer un high, une euphorie ou une altération de la perception et qu'il n'est pas non plus classé parmi les substances narcotiques.

Lorsqu'il est pris par voie orale et de manière appropriée, le CBD légal chez les adultes est classé comme un produit sûr. La posologie recommandée va jusqu'à environ 300 mg par jour, ce qui permet de le prendre sur une période prolongée allant jusqu'à 6 mois. Des dosages plus élevés ne sont recommandés que pour toutes les thérapies avec une période de prise réduite.

En général, le cannabidiol ne déclenche pas d'effets indésirables importants.

Cela n'exclut pas les contre-indications et les effets secondaires qui, bien que mineurs, sont toujours moins importants que ceux attendus de la plupart des médicaments classiques.

Les plus courantes tendent à se manifester par des diarrhées, une sécheresse de la bouche, un épuisement généralisé, une augmentation de l'appétit ou des fringales.

Chez les patients atteints de la maladie de Parkinson, une surdose de CBD pourrait entraîner une exacerbation des symptômes.

Cannabis et haschisch : votre expérience

Ouvrir un débat sur l'utilisation du cannabis et du haschisch peut être particulièrement intéressant.

Vos témoignages peuvent être précieux pour ceux qui choisissent de consommer consciemment et intelligemment de la marijuana : consommez-vous régulièrement de la marijuana ou êtes-vous un consommateur occasionnel ?

Veuillez nous faire part de vos expériences afin que nous puissions ouvrir une discussion utile pour l'ensemble de la communauté CBDMania.